Santé communautaire au Bangladesh


Organisation Déclarante:HOPE International Development Agency
Budget Total ($CAD):$ 548,197
Délai d’exécution: décembre 23, 2011 - septembre 1, 2013
Statut: Fermé
Coordonnées: Unspecified

Profils des Partenaires et Bailleurs de Fonds


Organisation Déclarante


HOPE International Development Agency

Organisations Participantes


  • Gouvernement et secteur public

    • Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada
  • ONGs

    • South Asia Partnership Bangladesh

Bailleurs de fonds (Contribution budgétaire totale)


  • Gouvernement et secteur public

    • Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada (74.70%)
  • ONGs

    • HOPE International Development Agency (25.30%)
Haut de la page

Endroit


Pays - Allocation Budgétaire Totale


Bangladesh - $ 548,197.00 (100.00%)

Haut de la page

Domaines d'Intervention


Santé - Allocation Budgétaire Totale


Promotion de la santé & éducation (20 %)

Santé & droits reproductifs, y compris la santé maternelle (20 %)

Santé des adolescents (20 %)

Santé des nouveau-nés & des enfants (20 %)

Systèmes de santé, formation & infrastructure (20 %)

Haut de la page

Description


Dans le cadre de ce projet, on reconnaît que les femmes et les enfants des pays en développement, dont le Bangladesh, sont considérablement plus susceptibles de mourir de causes simples et évitables; il reste beaucoup à faire pour améliorer la nutrition, réduire le fardeau de la maladie et renforcer les systèmes de santé en fournissant des services de santé intégrés et complets aux mères et aux enfants. L’objectif de cette initiative était principalement de réduire les taux de mortalité maternelle et de mortalité chez les enfants de moins de cinq ans dans la région côtière sud du Bangladesh. Dans les communautés ciblées, les indicateurs de santé ont pris du retard par rapport au reste du pays en raison des défis géographiques particuliers de la région; les taux de mortalité maternelle, infantile et juvénile étaient intolérablement élevés; l’espérance de vie en général était faible; et la malnutrition sévère était chronique et endémique. La souffrance des femmes et des enfants était disproportionnée par rapport au reste de la population.

Le projet, élaboré en collaboration avec des familles au sein de trois gouvernements locaux et sous-districts (« union parishads » et « upazilas ») ciblés, le South Asia Partnership Blangladesh et la HOPE International Development Agency, par une approche communautaire, avait pour fondement la nécessité de combler le fossé entre le système de soins de santé existants et les femmes ne possédant ni les moyens ni les connaissances pour y avoir accès. En particulier dans les régions rurales, les fournisseurs de services gouvernementaux du Bangladesh sont très peu tenus de rendre compte de leurs tâches et le personnel est souvent réticent à travailler à l’extérieur des centres urbains. Ainsi, les cliniques des régions éloignées manquent souvent de personnel, d’équipement, de fournitures et d’engagement du gouvernement, et les installations existantes ne fonctionnent pas. Le projet visait 2 790 ménages ruraux dans 22 villages de trois union parishads (Galachipa, Rangabali et Charmontaj) comme bénéficiaires directs. En régions rurales, des femmes, hommes et enfants pauvres jugés très vulnérables en raison de leur exclusion économique, sociale et politique ont été identifiés comme les principaux bénéficiaires du projet, en particulier les femmes marginalisées et leurs personnes à charge. La population plus vaste d’environ 75 000 personnes vivant dans les unions parishads visées par le projet a été identifiée comme bénéficiaire indirecte.
Le projet visait à établir un système de santé mieux en mesure de répondre aux besoins des communautés afin de permettre à ces dernières de mieux gérer leur propre santé. Des systèmes de santé curatifs et préventifs ont été ciblés. Dans le but de renforcer la capacité du système de santé existant d’assurer une meilleure prestation des services, le projet était doté de quatre résultats immédiats ciblés, notamment : meilleur accès aux installations et services de santé locaux; capacités renforcées des fournisseurs de santé locaux et des membres du personnel du projet; responsabilisation accrue des systèmes et fournisseurs de services de santé locaux; et sensibilisation accrue des communautés à la prévention et au traitement des problèmes de santé. On s’attendait à ce que les réalisations dans ces catégories entraînent d’autres changements de comportement. Les résultats intermédiaires comprenaient une amélioration de la prestation des services de santé, en particulier pour les femmes et les enfants, et l’adoption accrue de comportements sains, en particulier chez les femmes et les adolescents. Le but ultime était d’améliorer la santé des mères, des nouveau-nés, des enfants et des adolescents dans les régions ciblées.

Haut de la page

Population Cible


Genre et âge: Adolescentes Adolescents Adultes, femmes Adultes, hommes Enfants de moins de 5 ans Enfants, filles Enfants, garçons Nouveau-nés
Description: Zone rurale
Population Ciblée Directement: 13,210
Population Ciblée Indirectement: 75,000
Haut de la page

Extrants


3
3
Haut de la page

Résultats & Indicateurs


Résultats Attendus


1) Résultat final : Ce projet visait à améliorer la santé de trois communautés englobant trois « union parishads » (UP), en particulier la santé des mères, des adolescents, des enfants et des nourrissons, en fonction des quatre indicateurs suivants : taux de mortalité néonatale (TMN), taux de mortalité infantile (TMI), taux brut de mortalité (TBM) des enfants de moins de cinq ans et taux de mortalité maternelle (TMM).

2) Résultats intermédiaires : Ce projet visait à renforcer la prestation des services de santé, en particulier auprès des mères, et à améliorer les comportements en matière de santé reproductive, de soins de santé de base et d’assainissement communautaire dans les communautés cibles, plus particulièrement chez les mères et les adolescents.

3) Résultats immédiats : Ce projet visait à améliorer l’accès aux établissements et services de santé locaux, la capacité des fournisseurs de soins de santé locaux et des membres du personnel du projet, la responsabilisation des systèmes et des fournisseurs de services de santé locaux et la sensibilisation des collectivités à la prévention et au traitement des problèmes de santé.

Résultats Obtenus


Les résultats obtenus dans le cadre de ce projet comprennent : 1) trois cliniques de santé satellites ont été construites et fournissent des services de santé à 13 210 femmes, hommes et enfants; 2) environ 15 285 patients, surtout des femmes et des enfants, ont reçu des soins de qualité dans les trois cliniques de santé rurales et auprès d’agents de santé communautaire; 3) il y a eu 598 naissances vivantes avec l’aide de membres du personnel de santé qualifié;

4) 911 femmes ont reçu des soins prénataux par du personnel de santé qualifié.

Voici d’autres réalisations :
1) 6 667 femmes et filles (soit 100 % de celles qui habitent dans les régions ciblées) ont maintenant accès à des soins de santé quand un déplacement s’impose;
2) 82 % des bénéficiaires ont dorénavant le sentiment que le système de santé local et les fournisseurs de services de santé sont plus transparents;
3) 60 % des citoyens qui s’engagent à parler des problèmes de santé communautaire avec leurs représentants du gouvernement local sont des femmes (ce qui représente 446 femmes);
4) 2 056 (58 %) femmes qui habitent dans les régions ciblées ont exprimé le sentiment d’être mieux à même de prendre des décisions financières concernant leurs propres besoins en matière de services de santé;
5) 28 groupes d’adolescentes et d’adolescents travaillent dorénavant à développer l’autonomie des jeunes et ont tenu 868 séances d’éducation en santé sur des enjeux tels que la santé, la nutrition, l’hygiène, le mariage précoce, la planification familiale et la grossesse;
6) 3 145 (85 %) couples admissibles âgés de 15 à 49 ans utilisent des moyens de contraception;
7) 1 864 (67 %) familles ciblées ont été sensibilisées aux bienfaits des soins prénataux, périnataux et postnataux;
8) 3 004 femmes (soit 85 % de celles qui habitent dans les régions ciblées) ont obtenu des services de santé dans leur collectivité auprès de travailleurs de la santé communautaire dûment formés ou de monitrices d’accouchement certifiées.

Ces résultats contribuent à :
1) améliorer la santé des personnes, particulièrement des femmes et des enfants, qui vivent dans les villages mal desservis de Golachipa, de Charmontaj et de Rangabali, situés au sud du Bangladesh;
2) renforcer le système de santé local en facilitant la collaboration et la coordination entre le gouvernement local et les collectivités ciblées.

Les enjeux particulièrement liés aux résultats escomptés :

1) Résultat final : Les TMN et TMI ont diminué considérablement au sein du groupe cible, passant de 19 à 26 respectivement; les objectifs ont été dépassés et sont maintenant sous la moyenne nationale. Cette diminution est probablement attribuable à une plus grande sensibilisation à la santé et à un meilleur accès aux services dans le cadre du projet, ainsi qu’à une couverture gouvernementale accrue dans la région. Les TBM et TMM ont diminué à 53 et 299 respectivement; ils s’établissaient à 61 et 346 avant le début du projet. Les comparaisons avec les taux de mortalité nationaux sont réalisées avec prudence, car le calcul des taux (de référence et final) se fonde sur une collecte limitée de données sur le terrain et ne peut se comparer aux statistiques nationales calculées de façon beaucoup plus rigoureuse. Les améliorations ne s’appliquent qu’à la population directement visée par ce projet et ne peuvent s’appliquer aux bénéficiaires indirects. Tout en reconnaissant que ces données sont limitées et qu’on ne peut les utiliser que pour donner un aperçu des incidences et non pour fournir une évaluation complète, les tendances qu’elles suggèrent sont encourageantes.

2) Résultats intermédiaires : Les indicateurs révèlent que les mères reçoivent un meilleur traitement « à temps » (l’indicateur est de 30 % supérieur à l’objectif). Ils révèlent également qu’un plus grand nombre de bénéficiaires reçoivent des soins prénataux et des soins lors de l’accouchement. En outre, les taux de contraception ont considérablement augmenté et les femmes exercent un meilleur contrôle sur leurs finances eu égard aux soins de santé. Les bénéficiaires sont plus enclins à adopter de saines pratiques. Bien qu’on ait opté comme principal indicateur l’adoption des pratiques nutritionnelles enseignées lors de séances de formation pour déterminer si les familles ont recours ou non aux techniques et connaissances apprises dans le cadre du projet au niveau des résultats immédiats, et que le recours à des moyens de contraception et l’autonomie des femmes soient utilisés comme indicateurs au niveau des résultats intermédiaires, d’autres indicateurs de l’application des connaissances sont tout aussi convaincants, sinon plus, pour démontrer l’efficacité et l’utilité des séances de formation en vue d’améliorer les comportements sains de la population. Les bénéficiaires ont déclaré avoir mis en pratique des changements qui leur ont été enseignés, notamment avoir adopté des comportements comme le lavage des mains, de bonnes habitudes nutritionnelles et l’utilisation de latrines et de moyens de contraception.

3) Résultats immédiats :

On a constaté une hausse considérable de l’accès aux services de santé de base (traitements et conseils liés à la prise en charge de certaines maladies, soins prénatals et postnataux). La totalité (100 %) des femmes et des filles participant au projet (soit 6 667 femmes, adolescentes et jeunes filles) a pu avoir accès à des soins de santé lorsqu’un déplacement s’impose, comparativement au taux de référence de 20 %. Au cours du projet, les trois cliniques (ainsi que les cliniques de santé communautaire satellites et les agents de santé communautaire) ont fourni des soins de santé et des services d’aiguillage à 15 285 patients, dont 18 % étaient des hommes, 55 %, des femmes, 8 %, des adolescents et 19 %, des enfants. Les bénéficiaires ont exprimé un niveau élevé de satisfaction à l’égard des services. Le meilleur accès aux services est attribuable à l’établissement de cliniques, à l’exploitation de cliniques satellites mensuelles et à la disponibilité de travailleurs de la santé. Au total, 28 professionnels de la santé et membres du personnel administratif travaillent dans les trois cliniques. Les cliniques sont également appuyées par 22 agents de santé communautaire et 22 accoucheuses communautaires (une pour chaque village), qui ont tous été formés pour fournir des services communautaires sur une base volontaire. Sur le plan du renforcement de la capacité, le personnel sur le terrain et les bénévoles locaux sont tous bien formés, tel que prévu, sur un éventail de problèmes de santé. À la fin du projet, la totalité (100 %) des membres du personnel se sont dits confiants dans leur capacité de fournir des soins de santé de qualité. Les indicateurs des extrants et des résultats démontrent une responsabilisation des services de santé liés au projet. Les dialogues avec les gouvernements locaux et les fournisseurs de services locaux se sont avéré une première étape efficace pour accroître la responsabilisation. Compte tenu de l’état généralement dysfonctionnel des services de santé existants disponibles dans les régions du projet en décembre 2011, il n’est pas surprenant que seulement 20 % des bénéficiaires croyaient initialement que leurs fournisseurs de soins de santé et leurs systèmes de santé étaient transparents et accordaient la priorité à la prestation de soins de qualité. À mesure de l’évolution du projet et des interactions des bénéficiaires avec le personnel de l’infrastructure du projet et les responsables gouvernementaux par le biais de dialogues et de réunions, ce pourcentage a graduellement augmenté pour atteindre 82 % à la fin du projet, dépassant l’objectif de 75 %. L’importance accordée à l’habilitation des membres de la collectivité, hommes et femmes, à exprimer leurs préoccupations au sujet des systèmes existants et à exiger les services manquants a contribué à améliorer les perceptions et le rendement réel au niveau de la responsabilisation. Une vaste part de ce succès peut être attribuée au travail des organismes communautaires. Le personnel du projet a été encouragé par le niveau de participation significative des représentants du gouvernement à ce projet. Le positivisme affiché par les représentants gouvernementaux et leur enthousiasme à participer au dialogue font partie des principales raisons pour lesquelles les objectifs du projet liés aux perceptions de la responsabilisation ont été atteints.

Une variété de séances de formation et de séances sur les enjeux sociaux et de santé offertes aux membres du personnel et de la communauté a permis d’accroître la sensibilisation dans la communauté, ce qui a entraîné de meilleurs comportements à l’égard de la nutrition au sein des ménages et de meilleures pratiques de santé. Au début du projet, plus du tiers des ménages ont déclaré que leurs enfants souffraient de malnutrition. En fait, de façon générale, les enfants n’étaient pas en bonne santé; les deux tiers des enfants avaient souvent de la fièvre et près d’un enfant sur cinq souffrait de diarrhée, de typhoïde, de la gale et/ou de pneumonie. Ce projet visait notamment à offrir des séances de formation sur une alimentation équilibrée à faible coût ainsi que de l’aide à la formation sur le jardinage à domicile. À la suite de ces séances de formation, les parents ont graduellement démontré une meilleure sensibilisation à la nutrition et la capacité d’adopter de saines habitudes nutritionnelles à la maison. À la fin du projet, 93 % des ménages ont déclaré que leurs enfants étaient mieux alimentés. La majorité des familles interrogées à la fin du projet consomment dorénavant des aliments sains. La sensibilisation aux avantages des soins prénatals, natals et postnatals pour les femmes et les enfants s’est également accrue considérablement tout au long du projet. À la fin du projet, 4,5 fois plus de personnes comprenaient les avantages des soins pendant la grossesse. Les hommes et les femmes ont répondu de manière semblable, indiquant qu’il n’existe pas de fossé entre les sexes en ce qui concerne les attitudes sur l’importance des soins dispensés aux femmes pendant la grossesse.

Indicateurs


Indicateurs liés à la SDSR
  • # de femmes et de filles (âge) ayant accès à des services de santé sexuelle et reproductive, y compris à des méthodes modernes de contraception
Indicateurs liés à la SMNE
  • # d'établissements de district/de santé qui utilisent des données désagrégées par sexe pour informer la prestation des services de santé
  • # d'établissements de santé qui offrent des services de planification familiale tenant compte du genre
  • # d'établissements de santé équipés de matériel pour la santé maternelle et néonatale, ou la santé sexuelle et reproductive
  • % de la population totale vivant à moins de 5 km d'un établissement de santé fonctionnel
  • %/total de ménages ayant accès à un approvisionnement en eau salubre
  • %/total de travailleurs de la santé (hommes/femmes) formés et utilisant les compétences acquises
  • Groupes de femmes/OSC participant à l'élaboration de stratégies et/ou de projets
Objectif ODD 3. Permettre à tous de vivre en bonne santé et promouvoir le bien-être de tous à tout âge
  • ODD 3.1.1 Taux de mortalité maternelle
  • ODD 3.1.2 Proportion d’accouchements assistés par du personnel de santé qualifié
  • ODD 3.2.1 Taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans
  • ODD 3.2.2 Taux de mortalité néonatale
Haut de la page
Haut de la page

Sous-projet


Haut de la page
Icon