Les mesures sont importantes: leçons du suivi et de l'évaluation dans un état sortant d'un conflit

Depuis plus de cinquante ans, la Fondation canadienne contre la faim (CHF) aide des milliers de communautés pauvres et rurales dans certaines des régions les plus éloignées du monde. Nous travaillons au Soudan du Sud depuis 2000. Au cours de ces 13 années, nous avons pu observer de nos propres yeux les changements positifs qui peuvent se produire lorsque des systèmes bien gérés et opérationnels sont en place.

Le Soudan du Sud est un environnement de travail difficile. Les États de Jonglei et du Haut-Nil font partie des endroits les plus dangereux du monde pour une mère et son enfant. Ici, le risque de mortalité de la mère ou de l’enfant durant l’accouchement est d’environ un sur cinquante.

Pour aider le gouvernement du Soudan du Sud à renforcer sa capacité à offrir des services de santé, nous travaillons avec un partenaire local, Christian Mission Aid, pour sécuriser les systèmes par le biais d’un projet intégré visant à assurer les moyens de subsistance et la santé. Il s’agit du Programme d’amélioration de l’état de santé des mères et des enfants (MCHEP) grâce auquel nous améliorons, ensemble, l’état de santé des mères et des enfants grâce à un meilleur accès à des aliments nutritifs et à des suppléments nutritionnels. En fin de compte, 118 000 hommes, femmes et enfants profiteront de ces efforts. Nous augmentons également l’accès aux services en santé de la reproduction et nous intensifions les efforts de prévention et de traitement qui ciblent les cinq principales maladies et infections qui menacent la vie des mères et des enfants.

Au départ, nous avons mis sur pied un système de suivi et d’évaluation des progrès des indicateurs de sécurité alimentaire, de diversité alimentaire, de nutrition et de santé maternelle et infantile. Par des entrevues réalisées auprès des ménages, des groupes de discussion, des registres cliniques et des formulaires de renseignements sur les patients, nous avons recueilli des données pour suivre l’impact des interventions de notre projet.

Toutefois, le travail dans ce contexte doit surmonter certains défis :

  • L’accès limité aux communautés causé par des réalités saisonnières et des conflits
  • Le manque de confiance et de capital social, car il s’agit d’une zone d’après-guerre
  • L’insécurité interne et externe permanente et d’importants flux de réfugiés
  • Des infrastructures limitées et des contraintes physiques et en ressources humaines
  • Une faible capacité et le niveau d’éducation limité des employés locaux

À la lumière de ces réalités, nous avons dû modifier la manière dont nous prévoyons et évaluons le progrès du programme :

  • Il est essentiel de renforcer l’acceptation et la confiance : Nous avons pris le temps, dès le début, de créer des liens avec les dirigeants de la communauté, les groupes de femmes et le gouvernement local.
  • Intégrer la consolidation de la paix : Nous nous assurons que la résolution de conflit et les compétences en consolidation de la paix font partie intégrante de notre travail, et ce, que l’activité cible le soutien agricole ou le renforcement des compétences entrepreneuriales des femmes qui démarrent une petite entreprise.
  • Créer une dynamique en mettant l’accent sur les structures institutionnelles actuelles et nouvelles : Nous nous sommes grandement efforcés de tirer profit et d’améliorer les procédures de collecte de données actuelles. Par exemple, nous avons étroitement collaboré avec le personnel infirmier de première ligne dans les cliniques locales. Nous avons conçu des indicateurs et des questionnaires appropriés en renforçant l’acceptation et la responsabilité au niveau local en ce qui a trait à la collecte et à la gestion des données. En outre, 63 groupes sur la nutrition des femmes et sur la santé de la reproduction ont été formés pour faciliter l’expansion de l’offre des soins de santé.
  • La triangulation a gagné de l’importance : Dans un contexte où les sources de données étaient limitées et la taille des échantillons était restreinte, nous avons dû nous fier davantage à la triangulation des données — vérifiant les ensembles de données avec d’autres sources — afin de voir la situation dans son ensemble et de valider les résultats.
  • Instaurer une base de référence approfondie dans toutes les communautés fut essentiel au programme et à l’évaluation : Une équipe de 32 personnes a recueilli de l’information auprès des communautés avec lesquelles nous travaillons. Cette base de référence nous a aidés à évaluer l’état des communautés lorsque nous sommes arrivés, quels étaient les ajustements à faire et les résultats que nous allions réaliser à la fin du projet.
  • Travailler auprès des groupes de femmes sur la nutrition et la santé de la reproduction : Soixante-trois de ces groupes seront renforcés davantage et utilisés comme plateformes pour répondre aux besoins en soins de santé et appuyer l’action collective en vue de l’amélioration des services de soins de santé pour les mères, les nouveau-nés et les enfants, de manière à être le complément des services d’autres praticiens de la santé.

Les ajustements ont porté des fruits et nous observons des résultats impressionnants. Les ménages produisent maintenant deux fois plus de sorgho et de maïs que l’an dernier et ils intègrent de nouveaux aliments dans leur régime alimentaire comme des légumes-feuilles et du poisson. La santé s’améliore également, alors que plus de 15 000 femmes et 25 000 enfants de moins de cinq ans ont été traités dans nos cliniques et que la fréquence des cas de diarrhée et d’autres infections intestinales a chuté de 84 % à 70 %. À travers des interventions intégrées en santé et en nutrition, les taux de malnutrition, de carence en fer et d’anémie chez les femmes et les enfants ont également chuté de manière similaire. De plus en plus de ménages ont maintenant accès à de l’eau potable et les mères peuvent donner naissance à leurs bébés de manière plus sécuritaire qu’avant avec l’aide du personnel médical formé dans de nouvelles maternités qui sont équipées à ces fins.

Ce ne sont que quelques-uns des résultats prometteurs que nous voyons déjà au Soudan du Sud. Au fur et à mesure que nous continuons notre travail, nous savons que nous nous appuyons sur une base solide.

 

Published:

janvier 17, 2014


Auteur:

CanWaCH


Catégories:


Partager cette publication:


Icon