Les ONG doivent-elles effectuer des enquêtes de base?

Dans le cadre de la Collaboration canadienne pour la santé mondiale, la Fondation HealthBridge du Canada, le groupe de recherche TRANSNUT de l’Université de Montréal et le Center for Creative Initiatives in Health and Population (CCIHP) travaillent sur le passionnant projet « Maximiser les données existantes pour renforcer la conception, l’évaluation et l’impact des programmes », mieux connu sous le nom de « MaxData ». 

Les programmes de santé mondiale efficaces reposent sur les données d’enquête pour établir les priorités et surveiller le progrès. Une évaluation adéquate des conditions de base est essentielle lors de la planification des programmes afin que les interventions répondent aux divers besoins sanitaires des populations. Les organisations non gouvernementales (ONG) dépensent normalement d’importantes ressources humaines et financières pour recueillir et analyser des données dans les zones ciblées afin de déterminer les conditions de base. Et si au lieu de recueillir leurs propres données, les ONG pouvaient utiliser les données publiques déjà existantes?

MaxData cherchait à identifier les indicateurs liés à la santé maternelle et infantile qui pourraient être estimés à l’aide de données publiques dans le contexte de pays à faible et à moyen revenu. Un deuxième objectif était d’évaluer l’impact des différences entre les années, les niveaux géographiques et la saison dans l’estimation des indicateurs. Nous avons associé des indicateurs de base d’ONG avec les estimations calculées d’après deux sources de données publiques en respectant le plus possible les méthodes d’analyse des ONG et en associant l’année et la région les plus proches selon leur disponibilité. Des études de cas ont été effectuées par des partenaires au CCIHP pour comparer les données de base de projets mis en œuvre dans la province vietnamienne de Son La et des données d’enquêtes en grappe à indicateurs multiples (EGIM ou MICS) pour le Vietnam. 

MaxData project
 
L’atelier de diffusion du projet MaxData, dirigé par le CCIHP à Hanoï, au Vietnam. Trente personnes ont participé à l’atelier, y compris des spécialistes de l’évaluation, des chercheurs et des agent.es de projets d’ONG et d’établissements académiques. 

La question de recherche du projet MaxData s’est avérée plus complexe que prévu. Cliquez ici pour regarder l’enregistrement et en apprendre plus sur les méthodes et les résultats du projet MaxData et pour savoir si la société civile est outillée pour utiliser les données publiques dans la conception et la planification de ses programmes. 

Published:

13 octobre 2020


Author:

Fondation HealthBridge du Canada


Categories:


Partager cette publication:


Icon