La planification familiale, oui, mais à l’échelle mondiale

Le recours à la contraception est un élément crucial en santé mondiale. En mettant l’accent sur les méthodes de contraception, nous avons tendance à moins penser à l’accès aux services de planification familiale de façon plus large.

Zoom sur la contraception

La contraception, ou la régulation des naissances, est une façon de prévenir les grossesses non désirées. Les méthodes de contraception agissent normalement sur les hormones corporelles et ajustent l’environnement dans l’utérus. Il y a plusieurs catégories de contraception, dont les hormones, la contraception mécanique et celle à long terme. Bien que certaines méthodes préviennent la grossesse, elles ne préviennent pas toutes les infections transmissibles sexuellement (ITS).

La contraception orale, communément appelée la pilule, circule depuis les années 1960. Peu après leur apparition sur le marché, les contraceptifs à action prolongée, dont le stérilet, ont changé la donne en santé mondiale.

Le Sondage canadien sur l’emploi de contraceptifs révèle que les contraceptifs oraux et les condoms pour hommes sont les méthodes de contraception les plus utilisées au Canada.

Bien que les Canadien·nes ont une myriade d’options en matière de planification familiale, plusieurs pays à faible ou à moyen revenu préfèrent les méthodes à long terme. Selon l’ONU, le stérilet est la méthode la plus populaire en Asie de l’Est et du Sud, alors que les contraceptifs injectables sont les plus communs en Afrique subsaharienne.

En Amérique du Nord, les personnes ont accès à plusieurs méthodes de planification familiale, dont la plus récente : l’implant dans le bras. Le document World Family Planning Highlights 2017 indique que l’Amérique du Nord a le plus important taux d’utilisation de services de planification familiale alors que les pays à faible ou à moyen revenu sont encore aux prises avec des besoins non comblés en matière de services de planification familiale.

L’accès mondial à la contraception et pourquoi c’est important

Le manque d’accès à la contraception complique la prise de décision sur la fertilité. Les femmes africaines préfèrent habituellement l’injection, contrairement aux Américaines du Nord. La plus grande différence entre les deux est l’accès à l’injection. Le Nigeria a connu une pénurie de contraceptifs injectables pendant 226 jours. Il y a de nombreux obstacles qui peuvent affecter l’accès des femmes aux contraceptifs, dont le manque d’accès à des conseiller·ères et des praticien·nes de la santé qualifié·es ainsi que des déterminants systémiques comme le manque de subvention.

Lorsque les personnes ont accès à la contraception, elles peuvent faire les meilleurs choix pour elles et leur famille. L’accès à la contraception a offert de meilleures occasions en matière d’éducation et d’emploi pour les jeunes femmes et les filles, particulièrement celles dans les pays à faible ou à moyen revenu. En Malaisie, les filles qui ont eu accès aux cliniques de planification familiale sont restées à l’école six mois de plus que les autres.

L’impact de la COVID-19 sur la planification familiale

Les mesures de la santé publique telles que la distanciation sociale, l’isolement et la peur de visiter les établissements de santé ont eu un impact sur l’accès aux services de planification familiale pendant la pandémie de COVID-19. On estime que la pandémie a interrompu l’utilisation de contraceptifs pour approximativement 12 millions de femmes, occasionnant potentiellement près de 1,4 million de grossesses non désirées pendant 2020 dans 115 pays à faible ou à moyen revenu. Approximativement[1]  59 % de ces pays ont rapporté une interruption partielle des services de contraception, alors que 9 % de ces pays ont rapporté d’importantes interruptions. L’impact de la COVID-19 illustre le besoin d’accorder plus d’attention et de soins à l’accès mondial aux contraceptifs et à la planification familiale.

Prochaines étapes

Depuis la reconnaissance des Objectifs de développement durable (ODD) à la Conférence internationale sur la population et le développement, les décideur·euses politiques espèrent réaliser l’accès universel aux services de santé sexuelle et reproductive, dont un engagement à soutenir la planification familiale et la contraception d’ici 2030. Le document World Fertility and Family Planning 2020 Highlights souligne le besoin d’accroître le soutien accordé à la planification familiale par la mise en œuvre de politiques et de programmes gouvernementaux. En répondant aux demandes de services en matière de planification familiale, nous améliorons les services de soins de santé pour tout le monde.

Published:

août 13, 2021


Auteur:

Kiana Beharry


Catégories:


Partager cette publication:


Icon