La vitamine A : une goutte qui sauve des vies

Les 1000 premiers jours de la vie de chaque enfant sont cruciaux pour son avenir. Le Canada contribue à ce que chaque enfant Ivoirien naisse et grandisse en bonne santé.

Mother holds child as he receives vitamin a drop.
Abdoulaye, âgé de six mois, reçoit une dose de vitamine A ainsi que son vaccin contre la poliomyélite, dans le village de Bako.

Pourquoi la vitamine A est-elle importante?

La carence en vitamine A touche environ un tiers des enfants vivant dans les régions à faible et moyen revenu, principalement en Afrique subsaharienne et en Asie du Sud. La carence en vitamine A affaiblit le système immunitaire et accroît les risques qu’un enfant contracte des infections comme la rougeole et des maladies diarrhéiques, et qu’il en meure.

Mother holds baby as he gets his vitamin A drop.
Photo: UNICEF, Korogho, Côte d’Ivoire.

« Les carences en micronutriments comme la vitamine A sont liées à une alimentation non diversifiée ou de mauvaise qualité. On parle souvent de faim invisible, car même si l’enfant a l’estomac bien rempli et qu’il ne ressent pas la faim, son corps n’a pas tout ce dont il a besoin pour grandir. C’est particulièrement important lors des 1000 premiers jours de la vie de chaque enfant, car c’est au cours de cette période que le cerveau se développe le plus : jusqu’à 1000 nouvelles connexions se forment à la seconde. Lorsqu’un enfant ne reçoit par l’alimentation et les soins dont il a besoin au cours de cette période, cela peut avoir un impact irréversible sur son développement et une influence décisive sur son avenir », explique Anne-Sophie Le Dain, une spécialiste de la nutrition pour l’UNICEF en Côte d’Ivoire.

La malnutrition en Côte d’Ivoire

Children eating vitamin-enriched food.
Photo: UNICEF, Korogho, Côte d’Ivoire

En Côte d’Ivoire, 200 enfants âgés de moins de 5 ans meurent chaque jour de maladies qu’il est possible de prévenir et de traiter. Une simple dose de vitamine A permet d’assurer une meilleure résistance aux maladies et peut sauver des vies. En Côte d’Ivoire, grâce à la contribution du gouvernement du Canada, plus de sept millions d’enfants comme Abdoulaye ont reçu l’an dernier les deux doses de vitamine A nécessaires pour les protéger.

La Côte d’Ivoire a une agriculture riche, mais la situation nutritionnelle, qui est aussi liée aux pratiques et à l’environnement, est inquiétante. Plus d’un enfant sur cinq souffre d’un retard de croissance, et dans le nord du pays, c’est près d’un enfant sur trois qui en souffre. Le problème commence bien avant la naissance : 16 % des enfants naissent avec un poids inférieur au poids souhaité.

La mission de l’UNICEF

Young girl waving

L’UNICEF et ses partenaires continuent d’intervenir au cours des 1000 premiers jours de la vie des enfants, soit de la grossesse jusqu’à deux ans, car il s’agit de la période la plus fragile et la plus cruciale pour s’assurer que chaque enfant naisse et grandisse en bonne santé, ait accès à une nutrition de qualité, à l’éducation, à de l’eau potable et à un environnement sain, et qu’il soit protégé contre la violence et l’exploitation, peu importe sa situation et son origine.

Pour chaque enfant, un bon départ dans la vie.

Vous pouvez voir plus de l’UNICEF avec leur photo et vidéo de la campagne nationale de suppléments de vitamine A en Côte d’Ivoire. Pour obtenir plus de photos, voir leur photos sur la nutrition en Côte d’Ivoire.

Cet article a été posté sur​​​​​​ le blog d’UNICEF Canada

Published:

février 14, 2018


Auteur:

Sophie Chavanel, la chef des communications pour l’UNICEF en Côte d’Ivoire.


Catégories:


Partager cette publication:


Icon