Paroles de femmes : l’avancement de l’égalité des genres au Canada

Sur tous les fronts, la pandémie de COVID-19 a érodé des gains difficilement acquis en matière d’égalité des genres. Elle pèse considérablement sur les femmes, qui sont les plus durement touchées par la crise sanitaire et économique frappant le Canada et les autres pays du monde.

Les contrecoups de la pandémie revêtent diverses formes. Partout dans le monde, nous observons des mises à pied, un accès restreint à des services de garde d’enfants et de soins aux personnes âgées, ainsi qu’à des services en santé sexuelle et reproductive, et une augmentation des cas de violence fondée sur le genre. Alors qu’elles portent le poids des effets négatifs de la pandémie, les femmes demeurent sous-représentées dans les sphères de prise de décisions. C’est pourquoi nous braquons les projecteurs sur des femmes leaders et les efforts soutenus qu’elles déploient pour promouvoir une relance féministe à la suite de la COVID-19.

Tori Ford

Tori Ford est la fondatrice et directrice générale de Medical Herstory, un organisme à but non lucratif dirigé par des jeunes et lauréat de prix travaillant sur la scène internationale à l’élimination du sexisme, de la honte et de la stigmatisation liés au système de santé. Elle supervise une équipe de 70 volontaires dans 24 universités et 7 pays qui œuvrent sur trois fronts : sensibilisation du personnel de la santé, défense des droits des patientes et lutte contre la stigmatisation.

À l’occasion de la Journée internationale des femmes le 8 mars 2021, le Partenariat canadien pour la santé des femmes et des enfants (CanSFE) s’est entretenu avec Tori au sujet de son travail pour faire progresser l’égalité des genres au Canada et ailleurs dans le monde.

Complétez la phrase suivante : l’égalité des genres, c’est…

L’égalité des genres, c’est l’élimination du sexisme dans chaque aspect de la société. Elle confère aux femmes et aux personnes de diverses identités de genre la liberté de la sécurité et du respect de leur autonomie corporelle. Dans mon travail, quand nous abordons l’équité en santé liée au genre, nous examinons la façon dont les iniquités sociales sont amplifiées dans le corps lors des expériences médicales et des rendez-vous cliniques. Dans ces situations, l’égalité des genres se traduirait par le fait de prendre au sérieux la douleur exprimée par les femmes, de prioriser et de financer adéquatement la recherche sur la santé des femmes, et de déstigmatiser nos conversations autour de nos corps.

La Journée internationale des femmes, c’est la célébration de toutes les militantes et des personnes alliées à leur cause qui travaillent pour un avenir plus juste et égalitaire. C’est la reconnaissance de l’héritage extraordinaire que nous ont légué les activistes qui nous ont précédées et dont peuvent s’inspirer les jeunes activistes d’aujourd’hui. Ultimement, cette journée est l’occasion de célébrer tout le travail accompli par les femmes, et pour les femmes.

Comment, par votre travail, faites-vous progresser l’égalité des genres?

Medical Herstory travaille à l’échelle locale et à l’échelle internationale. Parmi les enjeux auxquels nous nous attaquons, un grand nombre ont une dimension internationale. Les problèmes du sexisme, de la stigmatisation et de la honte sont omniprésents dans nos expériences en matière de santé. Ils influent sur la perception qu’ont les femmes et les personnes de diverses identités de genre de ces expériences, sur les types de soins que nous recevrons et, en fin de compte, sur l’évolution de l’état de santé des patientes.

Des études démontrent que la douleur des femmes est moins prise au sérieux et que ces dernières sont plus susceptibles d’obtenir un diagnostic erroné – même en cas de crise cardiaque. Souvent, les femmes se font dire que leurs symptômes sont psychosomatiques et peu graves et sont renvoyées à la maison. Cette situation peut avoir de lourdes conséquences, de la perte d’accès aux soins de santé, à la perte d’espoir et à la perte de vies. C’est ici que Medical Herstory entre en jeu, afin de promouvoir l’équité en santé liée au genre, la sensibilisation du personnel de la santé, la défense des droits des patientes et l’élimination de la stigmatisation. Nous nous attaquons à ces enjeux de front en créant une organisation qui non seulement soutient ces populations directement, mais aussi qui est orientée et dirigée par les personnes qui vivent ces expériences.

Comment les femmes dans votre pays travaillent-elles pour un avenir égalitaire pendant la pandémie de COVID-19?

La pandémie de COVID-19 a montré clairement à quel point, maintenant plus que jamais, nous avons besoin de services en santé sexuelle et reproductive accessibles. Elle a amplifié la voix des individus et des organisations qui soutiennent les populations vulnérables. Nous voyons de jeunes personnes prendre position et dénoncer des enjeux qui ne les touchent pas nécessairement directement, mais qui importent au plus haut point à leurs yeux, et exiger des changements.

Je suis très fière de faire partie d’un grand mouvement pour la déstigmatisation de nos corps et pour l’avancement de la santé et des droits sexuels et reproductifs. Medical Herstory est réellement devenue un carrefour où sont partagées des histoires dont nous étions antérieurement trop gênées de parler – peut-être parce qu’elles étaient trop tangibles, pénibles ou souvent taboues. En relayant ces histoires, nous travaillons à l’élimination de la stigmatisation et de la honte et à l’avancement de l’équité en santé liée au genre. En partenariat avec d’autres organisations ayant une mission semblable, nous bâtissons un solide réseau de féministes et d’activistes de la santé à la grandeur du Canada et du monde dirigé par des jeunes et centré sur nos propres vécus.

Si l’on investissait dans une relance féministe dès maintenant, à quoi ressemblerait votre pays en 2030?

Une relance féministe supposerait l’établissement de nouvelles priorités et se réaliserait sous l’impulsion des personnes directement touchées par les enjeux que nous essayons de régler. Dans le cas de l’équité en santé liée au genre, elle impliquerait l’investissement de ressources pour améliorer notre compréhension des disparités liées au genre dans les soins de santé et les éliminer. Elle viserait à assurer aux femmes l’accès aux soins de santé et à l’éducation en matière de santé. Elle se traduirait par la création d’un solide réseau de défense des droits des patientes et de lutte contre la stigmatisation qui amène les patientes à souffrir dans la honte et en silence. Une relance féministe donnerait lieu à des investissements dans des ressources, des organisations et des personnes aptes à assurer la mise en place d’un système de santé empreint de compassion et totalement accessible pour tout le monde.

Visionnez la vidéo de notre conversation avec Tori :

Published:

mars 8, 2021


Catégories:


Partager cette publication:


Icon