Programme de la sécurité alimentaire dans la région de Benishangul-Gumuz


Organisation Déclarante:Aide à l'enfance Canada
Budget Total ($CAD):$ 19,662,711
Délai d’exécution: janvier 7, 2010 - décembre 31, 2015
Statut: Fermé
Coordonnées: Unspecified

Profils des Partenaires et Bailleurs de Fonds


Organisation Déclarante


Aide à l'enfance Canada

Organisations Participantes


Unspecified

Bailleurs de fonds (Contribution budgétaire totale)


  • Gouvernement et secteur public

    • Affaires mondiales Canada (100.00%)
Haut de la page

Endroit


Pays - Allocation Budgétaire Totale


Éthiopie - $ 19,662,711.00 (100.00%)

Haut de la page

Domaines d'Intervention


Autre - Allocation Budgétaire Totale


Sécurité alimentaire & agriculture (80 %)

Droit, gouvernance & politique publique (9 %)

Réduction des risques de catastrophe & rétablissement précoce (5 %)

Droits de la personne, plaidoyer & mobilisation du public (3 %)

Santé - Allocation Budgétaire Totale


Nutrition (3 %)

Haut de la page

Description


Ce projet vise à faire en sorte que les femmes et les hommes dans sept districts de la région Benishangul-Gumuz aient un meilleur accès à des quantités suffisantes d’aliments sains et nutritifs, des moyens de subsistance plus durables et des opportunités de croissance économique. Le projet travaille aussi pour créer des partenariats et des réseaux parmi les intervenants (collectivité, gouvernement, donateurs, société civile) travaillant dans cette région. Ce projet vise à mettre en place des activités conformes aux priorités locales, lesquelles sont concentrées sur le développement agricole durable et une productivité accrue; la promotion de moyens de subsistance durables pour la création de revenus; l’amélioration de la capacité des fournisseurs de services gouvernementaux et non gouvernementaux à l’échelle de la région, des zones, des districts et des collectivités à fournir des services responsables et efficaces aux ménages souffrant d’insécurité alimentaire. Ce projet est mis en œuvre par Aide à l’enfance Canada, en collaboration avec cinq organisations non gouvernementales canadiennes et une organisation intergouvernementale.

Haut de la page

Population Cible


Genre et âge: Adultes, femmes Adultes, hommes
Population Ciblée Directement: 26,587
Haut de la page

Extrants


11363
13530
172
20
57
752
770
800
Haut de la page

Résultats & Indicateurs


Résultats Attendus


Unspecified

Résultats Obtenus


Parmi les résultats obtenus à la fin du projet (décembre 2015) : 1) Développement agricole : Au cours des 5,5 années des activités du projet, des gains substantiels ont été réalisés sur le plan de la productivité des cultures dans tous les districts concernés par le projet. Le projet a tenu compte de cinq cultures principales (mais, sorgho, sésame, arachide et haricot). La culture du maïs a connu la plus forte croissance sur le plan du rendement, passant de 12,1 q à l’hectare à 31,89 q à l’hectare (une hausse de 164,4 %). De plus, l’accessibilité des services et de l’infrastructure agricoles s’est améliorée pour les ménages. Notons en particulier l’accessibilité accrue pour les ménages dirigés par une femme qui est passée de 20 % en 2010 à 73,9 % en 2015. L’amélioration de l’accessibilité a entraîné l’amélioration des pratiques agricoles puisque le pourcentage des ménages utilisant des semences de haute qualité a plus que doublé pour le maïs (utilisées par 27 % des ménages dirigés par un homme, et par 38 % des ménages dirigés par une femme). Les obstacles socioculturels et liés au genre qui avaient un effet négatif sur la production agricole ainsi que sur d’autres aspects de la vie ont été pris en compte par l’intermédiaire d’ateliers communautaires auxquels ont participé plus de 8 900 personnes (dont 4 898 femmes). 2) Nutrition : Le pourcentage d’enfants en insuffisance pondérale dans les districts visés par le projet était alarmant au départ : plus de 45 % des enfants souffraient de cette condition. Après cinq ans de mobilisation continue et concertée, le pourcentage d’enfants en insuffisance pondérale s’est réduit substantiellement à 10 %. L’un des plus profonds changements qui a rendu possible la diminution du nombre d’enfants en insuffisance pondérale a été la hausse du nombre de ménages avec des enfants âgés de 6 à 36 mois qui ont reçu une éducation minimale en matière de diversité alimentaire; le pourcentage de ces ménages, qui se chiffrait à 20,8 % en 2010, est passé à 96,5 % en 2015. En vue de favoriser cette évolution, 172 travailleurs de la santé (dont 21 femmes), 752 fonctionnaires (dont 368 femmes) et 13 530 membres de collectivité (dont 9 097 femmes) ont reçu, dans le cadre du projet, une formation sur l’alimentation et la sécurité alimentaire. 3) Gestion du risque de catastrophe : Le projet s’est employé à améliorer les connaissances, les compétences et la capacité des régions à reconnaître les manifestations de catastrophes naturelles, à se préparer pour de telles éventualités et à les prévenir. À cette fin, 770 fonctionnaires (dont 123 femmes) et 11 363 membres de collectivité (dont 4 311 femmes) ont reçu une formation, dans le cadre du projet, sur la gestion du risque de catastrophe. De plus, 800 km de pare-feu ont été construits dans l’ensemble de la région. Ces nouveaux pare-feu permettent de protéger les gains de productivité agricole et les nouvelles plantations de pépinières. On a aussi constaté une croissance rapide du pourcentage des membres de collectivité qui ont un accès précoce aux alertes, passant de 5 % au début du projet à 94 % en 2015. 4) Développement de chaîne de valeur : Tant le volume que la valeur des produits vendus sur le marché a augmenté, et le nombre de ménages participant à l’agriculture axée sur le marché s’est accru. Les ventes de sésame sur le marché réalisées par les ménages dirigés par un homme et celles des ménages dirigés par une femme ont augmenté de 19 % et de 14 % respectivement. La hausse ne se limite pas aux cultures agricoles commerciales. La participation axée sur le marché pour des activités liées aux produits de la chèvre s’est accrue de 24 % pour les ménages dirigés par un homme et de 23 % pour les ménages dirigés par une femme. En vue de favoriser le développement élargi du marché, 20 forums d’affaires visant la promotion des liens entre les chaînes de valeur ont été tenus et du soutien a été apporté à 57 groupes de producteurs disposant d’intrants permettant d’améliorer leur chaîne de valeur. Les produits de la culture et de l’élevage ainsi que les activités hors ferme ont entraîné une hausse de 154 % du revenu annuel des ménages. Tandis que les ménages dirigés par un homme connaissaient une hausse moyenne de revenu annuel de 143 %, ceux dirigés par une femme enregistraient une hausse moyenne de revenu annuel de 337 %. Ces résultats ont contribué à améliorer les produits agricoles, l’accessibilité aux aliments nutritifs et la création de revenus, et à favoriser des possibilités durables pour les familles éthiopiennes dans les régions ciblées.

Indicateurs


  • Aucun Sélectionné
Haut de la page
Haut de la page

Sous-projet


Haut de la page
Icon