Programme de protection des moyens de production 2013-2017


Organisation Déclarante:PAM - Programme alimentaire mondial
Budget Total ($CAD):$ 100,000,000
Délai d’exécution: février 12, 2013 - mai 25, 2016
Statut: Fermé
Coordonnées: Unspecified

Profils des Partenaires et Bailleurs de Fonds


Organisation Déclarante


PAM - Programme alimentaire mondial

Organisations Participantes


  • Multilatéral

    • La banque mondiale

Bailleurs de fonds (Contribution budgétaire totale)


  • Gouvernement et secteur public

    • Affaires mondiales Canada (100.00%)
Haut de la page

Endroit


Pays - Allocation Budgétaire Totale


Éthiopie - $ 100,000,000.00 (100.00%)

Haut de la page

Domaines d'Intervention


Santé - Allocation Budgétaire Totale


Systèmes de santé, formation & infrastructure (5 %)

Autre - Allocation Budgétaire Totale


Sécurité alimentaire & agriculture (85 %)

Environnement & changements climatiques (5 %)

Éducation (5 %)

Haut de la page

Description


Ce projet représente le soutien continu apporté par le Canada au Programme de protection des moyens de production de l’Éthiopie. Ce programme national aborde certains des facteurs sous-jacents qui contribuent à faire en sorte que de nombreuses personnes vivant en Éthiopie rurale soient incapables de subvenir à leurs besoins alimentaires quotidiens sur une base annuelle. Dirigé par le gouvernement de l’Éthiopie, avec le soutien du Canada et d’autres donateurs, le programme vise à réduire l’état de vulnérabilité chronique dans lequel vivent ces personnes et à leur permettre de parvenir à l’autosuffisance alimentaire. Le programme prévoit des transferts de nourriture ou d’argent aux bénéficiaires pendant certaines périodes de l’année où les denrées alimentaires sont rares. Ainsi, les bénéficiaires ne sont pas obligés de vendre leurs biens limités (animaux d’élevage, matériel agricole) pour survivre jusqu’à la prochaine saison des récoltes. Les bénéficiaires reçoivent la nourriture ou l’argent en échange de leur travail sur de petits projets communautaires de travaux publics qui contribuent au bien-être de la collectivité concernée. Ces projets, qui sont choisis par les collectivités, peuvent englober les activités suivantes : i) l’aménagement de terrasses et la plantation d’arbres afin d’améliorer la conservation des sols et de restaurer les bassins versants dégradés, de façon à ce que davantage de terres puissent être productives sur le plan agricole; ii) des initiatives à petite échelle de collecte de l’eau et d’irrigation visant à fournir des sources d’eau pendant la saison de croissance, diminuant ainsi le risque de perdre des récoltes en raison de pluies limitées; iii) la construction d’infrastructures communautaires comme des routes rurales permettant aux agriculteurs de se rendre aux marchés et d’en revenir, des écoles pour les enfants afin d’accroître les possibilités économiques futures s’offrant à eux ou des centres de santé afin que les personnes soient en santé et qu’elles le demeurent, de sorte qu’elles deviennent des membres productifs de leur collectivité. Des denrées alimentaires sont aussi fournies directement aux bénéficiaires admissibles qui, en raison de leur situation personnelle, ne sont pas en mesure de travailler sur des projets de travaux publics. Au nombre de ces bénéficiaires figurent notamment les orphelins, les femmes enceintes et qui allaitant, les ménages composés de personnes âgées seulement, les jeunes enfants et les mères dans les ménages dirigés par une femme et les personnes atteintes du VIH/sida. Le soutien financier du Canada à ce programme est fourni par le biais du Programme alimentaire mondial des Nations Unies et de la Banque mondiale.

Haut de la page

Population Cible


Genre et âge: Adolescentes Adolescents Adultes, femmes Adultes, hommes Enfants de moins de 5 ans Enfants, filles Enfants, garçons Nouveau-nés Personnes âgées, femmes Personnes âgées, hommes
Population Ciblée Directement: 7,000,000
Haut de la page

Extrants


208000
39000
4300
500
55000
8100
8300
Haut de la page

Résultats & Indicateurs


Résultats Attendus


Les résultats intermédiaires escomptés dans le cadre de ce projet comprennent : l’accroissement de l’auto suffisance alimentaire pour les femmes et les hommes faisant partie de ménages vivant dans des régions aux prises avec l’insécurité alimentaire chronique.

Résultats Obtenus


Parmi les résultats obtenus à la fin du projet (juin 2015) : 1) 7 millions de personnes souffrant d’insécurité alimentaire chronique venant de 319 districts répartis dans huit régions de l’Éthiopie ont reçu des transferts de nourriture ou d’argent; 2) la pénurie alimentaire moyenne (c’est-à-dire le nombre de mois pendant lesquels la famille n’a pas suffisamment à manger) pour les bénéficiaires du Programme de protection des moyens de production (PPMP) a chuté, en passant de près de 3 mois en 2010, à 2,04 mois en 2012, puis à 1,75 mois en 2014. Nous pouvons donc affirmer que la sécurité alimentaire s’est accrue; 3) les participants aux travaux publics ont construit plus de 39 000 kilomètres de routes et en ont entretenu 83 000 kilomètres de plus. Ces travaux ont permis de relier des collectivités rurales aux petites villes, où les personnes ont accès à des intrants agricoles, à des marchés et à des services. Les travaux publics ont aussi contribué à améliorer l’accès aux services d’éducation et de santé grâce à la construction de plus de 500 postes sanitaires et à la construction ou à la remise en état de 4 300 salles de classe; 4) les travaux publics ont appuyé les moyens de subsistance au moyen de l’établissement d’une infrastructure d’approvisionnement en eau qui sera utilisée par les ménages et à des fins agricoles grâce à la construction ou à la remise en état de plus de 208 000 étangs, à la création de 8 100 sources, à la construction de plus de 55 000 puits creusés à la main ainsi qu’à la construction et à la remise en état de 8 300 kilomètres de canaux; 5) les travaux publics ont beaucoup contribué à l’adaptation aux changements climatiques, grâce aux résultats obtenus, notamment 49 440 hectares de terres ont été couverts grâce à des techniques de gestion de l’eau améliorées, qui ont permis une meilleure rétention de l’eau et une réduction des inondations et la plantation de plus de 75 millions de semis. Certains chantiers de travaux publics qui respectent des principes adaptés au climat ont atténué les effets des changements climatiques grâce à la séquestration du carbone, avec une moyenne de 5,7 tonnes par hectare de CO2 séquestré par année. Ces résultats ont contribué à améliorer les moyens de subsistance et la résilience aux chocs des ménages en milieu rural.

Indicateurs


  • Aucun Sélectionné
Haut de la page
Haut de la page

Sous-projet


Haut de la page
Icon