Politique d’aide internationale féministe du Canada : points clés pour les partenaires de CanSFE

APERÇU

La politique engage le Canada dans une nouvelle approche féministe en matière d’aide internationale visant à renforcer le pouvoir économique, politique et social des femmes et des filles. L’égalité des sexes constitue le pilier principal et le thème d’action général de la politique, qui reconnaît que des inégalités de nature intersectionnelle subsistent. La Politique d’aide internationale féministe du Canada est alignée sur le Programme 2030 et l’Accord de Paris, et axée sur les investissements, les partenariats et les activités de sensibilisation qui, selon le gouvernement, sont les plus susceptibles de réduire les écarts entre les sexes, d’éliminer les obstacles à l’égalité des sexes et d’aider à atteindre les objectifs de développement durable (ODD). Elle s’appuie sur le cinquième objectif de développement – Parvenir à l’égalité des sexes et autonomiser toutes les femmes et les filles –, qui constitue le point de départ de l’aide internationale du Canada pour produire le plus de résultats.

Définition d’approche féministe :

Une approche féministe ne vise pas exclusivement les femmes et les filles; en effet, il s’agit du moyen le plus efficace de cerner les causes premières de la pauvreté qui peuvent toucher qui que ce soit : l’inégalité et l’exclusion.

Principaux Points Liés à la Santé des Femmes et des Filles 

Champ d’action 1 : L’égalité des sexes et le renforcement du pouvoir des femmes et des filles

  • S’attaquer aux taux élevés et inacceptables de violence sexuelle et sexiste auxquels font face les femmes et les filles, notamment par la prestation de soutien psychosocial aux victimes de violence. Le secteur des soins de santé est essentiel au soutien des victimes et à la traduction des coupables en justice. La violence sexuelle et sexiste comprend les mariages d’enfants, les mariages forcés, les mutilations génitales féminines et les excisions.
  • Mobiliser un vaste éventail d’intervenants – dont les hommes et les garçons – pour modifier les relations de pouvoir inégales, la discrimination systémique, et les normes et les pratiques néfastes, et souligner l’importance de modifier les attitudes des adolescents.
  • Offrir plus de soutien aux organisations et aux mouvements locaux qui défendent les droits des femmes.
  • Accentuer l’engagement pour une prise de décisions fondées sur des données probantes en investissant dans la recherche sur les politiques, une meilleure collecte des données et l’évaluation aux fins d’égalité des sexes.

Champ d’action 2 : La dignité humaine

  • Ce champ d’action porte sur l’accès à de bons soins de santé, à une bonne nutrition, à une éducation de qualité et à une aide humanitaire opportune par les plus démunis et les plus vulnérables. Il englobe les initiatives de lutte contre les maladies infectieuses, comme la poliomyélite, le sida, la tuberculose et le paludisme, et d’amélioration de l’accessibilité des services.
  • Concentrer les efforts sur les programmes et les projets qui fondent leur action sur la spécificité des sexes pour améliorer les soins de santé, qui portent sur la lutte contre les maladies infectieuses au moyen d’approches axées sur l’égalité, qui mettent l’accent sur les maladies (comme le VIH) touchant particulièrement les femmes et les filles, qui appuient les agents de santé communautaires et qui s’attaquent au défi permanent de la violence sexuelle et sexiste.
  • Donner suite à l’engagement d’investir 3,5 milliards de dollars, de 2015 à 2020, dans les programmes sur la santé des mères, des nouveau-nés et des enfants visant à renforcer les systèmes de santé et de données, à améliorer la nutrition et à lutter contre les maladies infectieuses.
  • S’employer à combler les lacunes persistantes au chapitre de la santé et des droits sexuels et reproductifs des femmes et des filles, en facilitant un meilleur accès à une gamme complète de services de santé, comme la planification familiale et les moyens de contraception modernes, une éducation sexuelle complète, un service d’avortement sécuritaire et légal, des soins post-avortement, la prévention et le traitement du VIH/sida et des infections transmissibles sexuellement.
  • Se joindre à des partenariats mondiaux voués à la promotion de la santé sexuelle des femmes et des filles, comme Family Planning 2020 et le Partenariat d’Ouagadougou.
  • Accroître l’accès à des aliments nutritifs et à des suppléments, en vue de réduire la prévalence de l’anémie et d’améliorer l’issue des grossesses, et préconiser des politiques sur la nutrition qui tiennent compte de la spécificité de sexes, comme le Mouvement pour le renforcement de la nutrition.
  • Renforcer les stratégies de prévention et d’intervention en matière de violence sexuelle et fondée sur le sexe pendant les crises humanitaires et consacrer une partie de l’aide humanitaire à la thérapie et à l’aide psychosociale.
  • Inciter les acteurs humanitaires à utiliser des données ventilées selon le sexe et l’âge pour que les besoins des femmes et des filles soient mieux compris et comblés.
  • Appuyer toute la gamme des besoins en matière de santé sexuelle et reproductive des femmes et des filles pendant les interventions humanitaires et souligner l’importance de ce type d’aide ciblée auprès des partenaires internationaux et lors d’événements internationaux dans le système humanitaire.

Champ d’action 4 : L’environnement et l’action pour le climat

  • Les femmes participent activement à la conception et à la mise en œuvre d’initiatives d’adaptation aux changements climatiques et d’atténuation de leurs effets, ainsi qu’au renforcement de la résilience.

Champ d’action 5 : La gouvernance inclusive

  • Renforcer les systèmes juridiques et promouvoir des réformes éliminant toute forme de discrimination contre les femmes et les filles qui les empêche de jouir de leurs droits économiques, politiques et sociaux.

Annonces de Financement et Aide International Adaptée

  • Annonce d’un investissement de 150 millions de dollars sur cinq ans (2017-2022) dans le nouveau Programme sur la voix et le leadership des femmes, qui soutiendra les organisations locales de femmes dans au moins 30 pays. L’initiative vise à soutenir les groupes locaux de femmes dans leurs efforts de promotion du renforcement du pouvoir des femmes et des filles, et de leurs droits, ainsi qu’à accroître leur capacité et à soutenir leurs réseaux.
  • Voici des annonces de financement antérieures dont il est question dans la politique : financement de 100 millions de dollars sur cinq ans pour les petites et moyennes organisations canadiennes de la société civile (annoncé le 9 mai 2017); financement de 300 millions de dollars sur cinq ans pour le nouvel institut de financement de développement du Canada, qui sera situé à Montréal (annoncé le 22 mars 2017); financement de 650 millions de dollars sur trois ans pour la santé et les droits sexuels et reproductifs des femmes (annoncé le 8 mars 2017); financement de 2,65 milliards de dollars pour la lutte contre les changements climatiques.
  • Les engagements financiers relatifs à l’aide publique au développement sont décrits comme une approche intégrée qui s’appuie aussi sur la diplomatie, le commerce et la participation de ministères et d’organismes gouvernementaux. En vue d’accroître et de diversifier la gamme des contributions, le gouvernement établira des relations de financement qui présentent une combinaison de soutien remboursable et non remboursable, des solutions du secteur privé et des bénévoles, en tirant parti de l’institut de financement du développement, et introduira les contributions remboursables.
  • Le gouvernement fournira une aide humanitaire pluriannuelle pour les crises prolongées et une aide accrue aux organisations locales.
  • Il simplifiera et accélérera les procédures de financement et de déclaration pour réduire le fardeau administratif imposé aux destinataires du financement afin d’offrir une aide plus réactive, transparente et prévisible.

 

Dépenses prévues au titre de l’aide publique au développement 2017-2018*

NOTES :

* Les derniers renseignements sur les dépenses au titre de l’aide publique au développement, rajustements de fin d’exercice compris, seront diffusés par l’entremise des Comptes publics du Canada et du rapport statistique annuel sur l’aide internationale du Canada. Les renseignements sur les réalisations concrètes par rapport aux plans, aux priorités et aux résultats attendus énoncés dans les plans ministériels seront inscrits dans le Rapport des résultats de développement. Les chiffres prévus ont été arrondis.
** Cette somme inclut 14 millions de dollars pour Environnement et Changement climatique Canada et 53 millions de dollars pour la Banque asiatique d’investissement dans les infrastructures.
*** Cette somme n’inclut pas les 184 millions de dollars en fonds inutilisés qui seront reportés de 2016 à 2020.

Published:

juin 9, 2017


Auteur:

CanWaCH


Catégories:


Partager cette publication:


Icon