La nutrition : élément essentiel pour la réalisation des objectifs mondiaux

La pauvreté est omniprésente et n’est pas anecdotique. On la retrouve aux quatre coins du monde, y compris ici au Canada. Selon la Banque mondiale, plus de 768 millions de personnes vivent avec moins de 1,25 $/jour en 2017, et les femmes et les filles composent 60 % des victimes de la pauvreté dans le monde. Est associé à la pauvreté, le grave problème mondial de la malnutrition.

Princess Sarah Zeid addressing the audience.
La princesse Sarah Zeid de Jordanie s’adressant à l’auditoire.

En 2011, 45 % des décès d’enfants étaient attribuables à la malnutrition. En outre, quelque 162 millions d’enfants de moins de 5 ans dans le monde présentaient un retard de croissance (taille pour l’âge inférieure à la normale) en 2013, résultat d’une nutrition inadéquate. Le retard de croissance entraîne une diminution du développement cognitif et physique, une mauvaise santé et un risque accru de maladies dégénératives.

Le 21 novembre 2017, 11 organisations de la société civile* ont tenu une conférence à Ottawa sur le lien déterminant entre l’égalité des genres et la nutrition, La nutrition : élément fondamental de l’égalité des genres. La conférence a servi de tribune au lancement du Rapport sur la nutrition mondiale 2017, et à de nombreux intervenants et intervenantes de la société civile, d’ONG et d’universités, y compris le député Matt DeCourcey, secrétaire parlementaire de la ministre des Affaires étrangères, et la princesse Sarah Zeid de Jordanie, présidente de la campagne Chaque femme, chaque enfant et championne de la cause de la santé dans le monde. Le thème #InvestinNutrition (investissons dans la nutrition) a circulé sur Twitter tout au long de la journée.

M. Amir Mahmoud Abdulla, directeur exécutif adjoint du Programme alimentaire mondial, a ouvert la conférence en lançant un vibrant appel à des investissements en nutrition pour les femmes et les filles qui représentent la moitié de la population mondiale. Il a déclaré avec conviction qu’il fallait des investissements en nutrition et en promotion de l’égalité des genres afin de réaliser des progrès importants pour tous les objectifs de développement durable. M. Abdullah a aussi souligné la nécessité d’accroître les investissements, alors que seulement 1,5 % de l’aide étrangère est affectée à la nutrition.

Le député Matt DeCourcey a ensuite pris la parole pour notamment annoncer, avec à-propos, une contribution de 50 millions de dollars canadiens du gouvernement du Canada au Programme alimentaire mondial pour soutenir des programmes alimentaires dans les écoles dans quatre pays : Niger, Congo, Liban et Syrie.

Luz Maria De-Regil, vice-présidente, Services techniques mondiaux, chez Nutrition International, a fait une présentation détaillée du Rapport sur la nutrition mondiale 2017. Selon l’un des principaux constats de l’étude, tous les pays qui figurent dans le rapport présentent des niveaux inacceptables d’obésité, d’anémie et/ou de retard de croissance. Mme De-Regil a ajouté que l’absence de données désagrégées par genre rend difficile la lutte contre l’inégalité entre les genres et la malnutrition.

Conference panel session
Un des stimulants panels de la conférence.

Après les nombreuses et intéressantes présentations individuelles, avaient lieu trois panels : Quand les données disent oui; Accélérer les progrès – des solutions pragmatiques; et Accélérer les progrès – des solutions politiques et la mobilisation de fonds. En ma qualité de rapporteur jeunesse de la conférence, j’avais la tâche de communiquer les messages clés de ces différents panels lors du panel de clôture.

Les participantes et participants au panel Des solutions politiques et la mobilisation de fonds ont fait état des progrès et des défis en discutant du solide engagement des pays du G7 à améliorer la nutrition, des problèmes de gouvernance à l’échelle locale, de la nécessité de parler moins, mais d’agir plus au Canada en matière de nutrition, de la volonté de centrer les efforts sur la création de coalitions et l’échange de connaissances et sur la façon de résoudre les problèmes issus de conflits d’intérêts entre les décideurs et les communautés qu’ils servent.

Parmi les moments forts des panels de l’après-midi, on compte l’accent mis sur les prochaines étapes et le suivi à donner aux discussions pour faire en sorte que la conférence se traduise par des actions concrètes. Les participantes et participants ont centrer leurs efforts sur la définition des prochaines étapes, y compris le besoin de fonds, l’engagement des jeunes, le renforcement de la collaboration au sein de la société civile, des actions de plaidoyer mieux ciblées, et des efforts pour convaincre les dirigeants et autres décideurs de placer la nutrition au sommet des priorités dans le monde.

En tant que rapporteur jeunesse, j’ai trouvé la discussion sur l’engagement des jeunes très importante. Les jeunes possèdent une bonne expertise jumelée à de la sagesse et de l’énergie. Leur voix est essentielle dans la conception et la mise en œuvre de projets. Par ailleurs, l’importance d’intégrer les hommes à la discussion a été soulignée, puisque leur contribution est essentielle pour combattre les inégalités.

Conference attendees hold up poster boards with their own commitments.
Participantes et participants à la conférence affichant leurs engagements et prochaines étapes..

Afin de réduire la pauvreté et bâtir un monde pacifique et prospère, nous devons faire en sorte que les femmes soient en santé et autonomisées. Pour que personne ne soit laissé pour compte, nous devons individuellement et collectivement investir dans la nutrition et promouvoir à la fois l’égalité des genres et la nutrition en tant qu’éléments essentiels pour la réalisation des ODD et l’application de la nouvelle Politique d’aide internationale féministe du Canada.

 

*Les 11 coorganisateurs de la conférence sont : Action contre la faim Canada, CARE Canada, CanSFE, Global Alliance for Improved Nutrition, Nutrition International, Plan International Canada, RÉSULTATS Canada, Aide à l’enfance Canada, WaterAid Canada, Women Deliver et Vision mondiale Canada.

 

Published:

décembre 6, 2017


Auteur:

Joannes Yimbesalu


Catégories:


Partager cette publication:


Icon