Points saillants de la réunion des ministres responsables des finances et du développement du G7 à Whistler : engagements en matière de santé et d’égalité des genres

Du 31 mai au 2 juin 2018, les ministres responsables des finances et du développement du G7 se sont réunis à Whistler, C.-B., préalablement au Sommet du G7 de 2018 qui aura lieu à Charlevoix, au Québec. L’égalité des genres et le renforcement du pouvoir des femmes et des filles, y compris plusieurs engagements en matière de santé, sont les grands thèmes des déclarations qu’ils ont diffusées au terme de leurs discussions ministérielles :

Il y a correspondance et synergie entre les objectifs stratégiques du CanSFE et le contenu des déclarations des ministres responsables des finances et du développement du G7. Tant la Déclaration de Whistler sur le renforcement du pouvoir des adolescentes pour favoriser le développement durable et la Déclaration de Whistler sur l’égalité des genres et le renforcement du pouvoir des femmes et des filles dans l’action humanitaire contiennent des engagements pertinents en matière d’égalité des genres et de santé. Les ministres du G7, dans leurs déclarations diffusées le 2 juin 2018, préconisent les mesures suivantes également revendiquées par le CanSFE :

  • adopter des approches intégrées, tout au long de la vie et fondées sur les droits;
  • promouvoir et protéger la santé et le mieux-être des adolescentes, par le truchement de soins de santé ainsi que d’information sur la santé fondés sur des données probantes;
  • veiller à ce que les adolescentes bénéficient d’une alimentation saine et riche en micronutriments, de manière à favoriser leur développement;
  • promouvoir « des changements systémiques » et s’assurer « que l’action humanitaire est habilitante et fondée sur des principes et des données probantes », tout en reconnaissant « que les interventions visant à répondre aux besoins fondamentaux comprennent l’accès à l’éducation et aux soins de santé pour les filles et la prévention de la violence fondée sur le genre et l’intervention à cet égard. »
  • promouvoir des approches intégrées « qui soutiennent les droits et les besoins des adolescentes dans une multitude de secteurs, y compris la santé et la nutrition, et les mettre à l’essai;
  • renforcer l’accès aux services de santé pour les femmes et les filles en finançant et en surveillant la mise en œuvre de toute la gamme de normes acceptées internationalement qui régissent l’intervention en santé humanitaire;
  • utiliser des données probantes, y compris des données ventilées, pour orienter la prise de décisions afin d’améliorer l’incidence et la rentabilité en élaborant des mesures claires dès le début et en mesurant les progrès par rapport à des jalons sur une base continue pour relever les innovations les plus efficaces et les lacunes qui subsistent;
  • renforcer les voix des adolescentes, collaborer avec les partenaires et intervenants de tous les secteurs « dans le but de lutter contre la discrimination et d’éliminer les obstacles sociaux et institutionnels qui empêchent les adolescentes d’exercer leurs droits et qui nuisent au progrès dans tous les secteurs associés au développement. »

Les points saillants des discussions des ministres responsables du développement du G7 à Whistler, notamment leurs engagements en matière de santé et d’égalité des genres, sont énoncés ci-après. Ces engagements ne sont toutefois pas accompagnés de promesses de financement ou de cibles concrètes quant à leur portée et à leur impact. Une annonce relative au financement de ces mesures par les pays du G7 devrait normalement être faite lors du Sommet du G7 de Charlevoix les 8 et 9 juin.

POINTS SAILLANTS :
 
Déclaration de Whistler sur le renforcement du pouvoir des adolescentes pour favoriser le développement durable – 2 juin 2018

Adolescentes, égalité des genres, approches intégrées et tout au long de la vie 

Dans la Déclaration de Whistler sur le renforcement du pouvoir des adolescentes pour favoriser le développement durable, les ministres responsables de l’action humanitaire et de l’aide au développement reconnaissent que :

  • « L’égalité des genres et le renforcement du pouvoir des femmes et des filles sont des objectifs en soi. Ils sont essentiels pour permettre l’éradication efficace et durable de la pauvreté à l’échelle mondiale… »
  • « Nous devons envisager les droits et les besoins des filles et des femmes d’une manière qui soit intégrée, et ce, tout au long de leur vie, de l’enfance à l’âge adulte, jusqu’à la vieillesse. L’adolescence est un passage essentiel et prometteur au cours duquel les filles peuvent avoir la chance d’être propulsées à l’avant-plan en tant qu’agentes de changement, mais les besoins spécifiques des adolescentes restent pour la plupart non satisfaits. »
  • « Lorsque les pays investissent dans les adolescentes, ils investissent dans un dividende démographique qui leur profitera pendant des décennies. »
  • « Lorsqu’elles ont la possibilité d’acquérir des connaissances et des compétences, d’accéder à des réseaux sociaux, à des occasions et à des services pour réussir dans la vie, et faire des choix informés, les adolescentes ont tendance à se marier et à avoir des enfants plus tard, ainsi qu’à être en meilleure santé et à mieux réussir sur le plan économique, ce qui se traduit par un pays plus fort, plus inclusif et plus prospère. »

Quels sont les engagements qu’ont pris les ministres du G7 pour la santé des adolescentes dans le contexte des efforts de développement à long terme?

  • Les ministres du G7 « adopteront » des approches intégrées en ce qui concerne leur appui à l’égard des adolescentes, y compris dans les États fragiles ou en situation de conflit ou d’aide humanitaire, afin d’éliminer les multiples obstacles au renforcement du pouvoir, à l’inclusion et aux occasions notamment :
  • la prévention de la violence sexuelle et fondée sur le genre, y compris les mariages d’enfants, précoces et forcés, l’excision et les mutilations génitales féminines, la violence dans les écoles, l’exploitation et les agressions sexuelles, ainsi que l’intervention en pareilles circonstances;
  • la promotion et la protection de la santé et du mieux-être des adolescentes par le truchement de soins de santé et de l’information sur la santé fondés sur des données probantes;
  • l’appui visant à ce que les adolescentes bénéficient d’une alimentation saine et riche en micronutriments de manière à favoriser leur développement;
  • le soutien à l’accès à des produits et à des services d’assainissement et d’hygiène appropriés;
  • la promotion d’approches intégrées qui soutiennent les droits et les besoins des adolescentes dans une multitude de secteurs, y compris la santé et la nutrition, et la mise à l’essai de ces approches.

Dans la Déclaration de Whistler sur le renforcement du pouvoir des adolescentes pour favoriser le développement durable, les ministres ont également convenu de mesures pour renforcer les voix des adolescentes et la collaboration entre les secteurs et les intervenants « dans le but de lutter contre la discrimination et d’éliminer les obstacles sociaux et institutionnels qui empêchent les adolescentes d’exercer leurs droits et qui nuisent au progrès dans tous les secteurs associés au développement. »

La Déclaration de Whistler sur l’égalité des genres et le renforcement du pouvoir des femmes et des filles dans l’action humanitaire – 2 juin 2018

Femmes et filles, changements systémiques, interventions répondant aux besoins fondamentaux comprenant l’accès aux soins de santé

  • Dans la Déclaration de Whistler sur l’égalité des genres et le renforcement du pouvoir des femmes et des filles dans l’action humanitaire, les ministres responsables du développement du G7 reconnaissent « l’importance de la promotion de l’égalité des genres dans toutes nos activités et mesures humanitaires en tenant compte en particulier des besoins des femmes et des filles. »
  • « Les femmes et les adolescentes sont de puissantes agentes de changement; ce sont des leaders. Elles doivent être reconnues ainsi et avoir voix et représentation égales au chapitre de la prise de décisions concernant les enjeux qui les touchent. »
  • Les ministres du G7 se sont engagés à travailler ensemble et avec leurs partenaires afin de promouvoir « des changements systémiques et de nous assurer que l’action humanitaire est habilitante et fondée sur des principes et des données probantes. Nous reconnaissons que les interventions visant à répondre aux besoins fondamentaux comprennent l’accès à l’éducation et aux soins de santé pour les filles et la prévention de la violence fondée sur le genre et l’intervention à cet égard. »

Quels sont les engagements qu’ont pris les ministres du G7 pour le renforcement du pouvoir des femmes et des filles dans l’action humanitaire?

  • renforcer l’accès aux services de santé pour les femmes et les filles en finançant et en surveillant la mise en œuvre de toute la gamme de normes acceptées internationalement qui régissent l’intervention en santé humanitaire;
  • presser les partenaires humanitaires à intégrer l’égalité des genres et le renforcement du pouvoir des femmes dans leurs programmes, y compris en menant des analyses comparatives entre les genres, en recueillant des données ventilées et en consultant et intégrant les voix des femmes et des adolescentes touchées pour façonner leurs interventions;
  • travailler avec les dirigeants des organismes humanitaires et leurs conseils d’administration afin de faire de l’égalité des genres une priorité organisationnelle dans l’action humanitaire;
  • renforcer la prévention de la violence fondée sur le genre dans les crises et l’intervention à cet égard;
  • favoriser l’utilisation de la recherche et des données pour améliorer l’impact de l’aide humanitaire sur l’égalité des genres.

La Déclaration de Whistler sur l’égalité des genres et le renforcement du pouvoir des femmes et des filles dans l’action humanitaire précise que le Canada sera l’hôte d’une réunion de haut niveau en 2019, avant la conférence Women Deliver 2019 à Vancouver, afin d’examiner les progrès et d’aborder l’égalité des genres dans l’action humanitaire. 

Les principes de Whistler pour accélérer l’innovation au service du développement – 2 juin 2018

Dans Les principes de Whistler pour accélérer l’innovation au service du développement, les ministres du G7 responsables de l’action humanitaire et de l’aide au développement se sont engagés à « favoriser les idées et les mesures novatrices pour un développement inclusif et durable qui ne laisse personne pour compte. ». Ces idées et mesures comprennent la « prestation de services, de produits et de politiques au-delà de ceux qui sont actuellement disponibles, ainsi que de nouveaux partenariats et modalités de financement, y compris la coopération entre le secteur public et le secteur privé. » 

Afin d’accélérer l’innovation, les pays du G7 ont convenu de « travailler ensemble pour susciter le changement dans leurs propres organisations et auprès des partenaires en vue de soutenir […] des solutions qui peuvent produire des résultats. » 

Les ministres du G7 responsables de l’action humanitaire et de l’aide au développement ont approuvé huit principes pour guider et accélérer l’innovation au service du développement :

  • Promouvoir l’innovation inclusive, en mettant l’accent sur le soutien aux plus pauvres et aux plus vulnérables afin d’avoir une incidence durable sur le développement. L’analyse comparative entre les genres est utile à cet égard. Les femmes et les adolescentes, y compris celles ayant un handicap, devraient jouer un rôle déterminant dans la conception, la mise à l’essai, l’apprentissage et l’adoption de solutions novatrices, et devraient être mobilisées en tant que bénéficiaires de l’innovation et devraient être appuyées en mettant à leur disposition des outils et des ressources en tant qu’innovatrices;
  • Investir dans des solutions locales et soutenir et encourager les innovateurs locaux et leurs partenaires dans les pays en développement, notamment en partageant avec eux les talents et les ressources des réseaux mondiaux;
  • Prendre des risques intelligents en mettant à l’essai et en utilisant des données rigoureuses, tout en s’assurant de ne causer aucun tort, et en investissant de façon plus audacieuse une fois que les étapes initiales produisent des preuves plus solides de l’impact démontré et de la viabilité financière par la validation de principe;
  • Utiliser des données probantes, y compris des données ventilées, pour orienter la prise de décisions afin d’améliorer l’incidence et la rentabilité en élaborant des mesures claires dès le début et en mesurant les progrès par rapport à des jalons sur une base continue pour relever les innovations les plus efficaces et les lacunes qui subsistent;
  • Saisir les occasions d’apprendre rapidement, recommencer et assurer l’incidence des innovations prometteuses avant de les mettre à l’échelle et reconnaître aussi les échecs et les inefficacités;
  • Faciliter la collaboration et la création conjointe dans le secteur public, le secteur privé et la société civile et coordonner l’application des innovations scientifiques, techniques, sociales et commerciales afin de tirer parti des ressources intellectuelles, financières et sociales de tous et d’échanger à grande échelle les données, les normes, les résultats et l’apprentissage;
  • Cerner les solutions pouvant être mises à l’échelle, y compris les technologies, qui présentent un potentiel élevé de produire et de maintenir des résultats substantiels, qui assurent la rentabilité et qui offrent la possibilité d’atteindre des millions de personnes dans le besoin dans les pays en développement;
  • Intégrer les innovations éprouvées dans les grands programmes des organisations en éliminant les obstacles internes et externes à l’utilisation de ces solutions dans les projets actuels et futurs, et appuyer l’accélération de la croissance et l’incidence des innovations éprouvées. 

Déclaration de Whistler sur la protection contre l’exploitation sexuelle et les mauvais traitements dans le domaine de l’aide internationale – 2 juin 2018

Dans la Déclaration de Whistler sur la protection contre l’exploitation sexuelle et les mauvais traitements dans le domaine de l’aide internationale, les ministres responsables du développement du G7 se sont engagés à ce que leurs gouvernements collaborent et unissent leurs efforts à ceux de leurs partenaires afin d’accroître « la capacité de nos systèmes nationaux et internationaux à protéger la population contre l’exploitation sexuelle et les mauvais traitements dans le domaine de l’aide internationale ». 

Les ministres s’acquitteront de leur engagement envers l’approche de tolérance zéro à l’égard de l’exploitation sexuelle et encourageront les autres gouvernements à faire de même.

Les ministres du G7 poursuivront leur collaboration à l’égard de ces engagements, notamment par la participation de leur gouvernement respectif à la Conférence internationale sur la protection contre l’exploitation sexuelle, les mauvais traitements et le harcèlement, qui se tiendra à Londres, au Royaume-Uni, le 18 octobre 2018.

Published:

juin 4, 2018


Auteur:

CanWaCH


Catégories:


Partager cette publication:


Icon